Bureau et temple
22 rue de la croix du Bourdon
86000 Poitiers
Tél : (+33) 07 49 23 83 85
Espace membres
Connexion
Derniers éditos :

Janvier 2021
Septembre 2019
Décembre 2018
Novembre 2018
Septembre 2018
Mars 2018
Décembre 2017
Septembre 2017
Décembre 2016
Octobre 2016
Décembre 2015
Décembre 2014
Janvier 2014
Avril 2012
Décembre 2011
Janvier 2011
Septembre 2010
Juin 2010
Mars 2010
Janvier 2010

Vivre le présent

Une nouvelle année démarre et avec elle son lot de joies, de difficultes mais aussi de questionnements. Une nouvelle année qui fait suite à une année bizarre me direz-vous. Une année inédite où la pandémie est au coeur de nos réalités. Alors que le monde s'affole, s'interroge sur les conséquences que tout cela va avoir tant sur le plan économique que sur le plan psychologique, Jésus lui nous amène sur le terrain de la spiritualité. Il affirme en Matthieu 6, au verset 34 

"Ne vous inquiétez donc pas du lendemain car le lendemain s'inquiètera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine."

Ne pas s'inquiéter, en voilà une drôle de proposition lorsque tout semble s'effondrer autour de nous. Mais qu'est-ce qui se cache derrière cette demande de Jésus. Depuis des siècles, l'humanité a appris à prévoir, à anticiper et c'est parfois une bonne chose. Parfois car lorsque cette anticipation devient maladive, poussée à son paroxisme, elle fait de l'homme... un dieu.

Or ni vous, ni moi ne sommes des êtres éternels, hors du temps. Nous avons tous un début et une fin et dans nos vies, le passé est révolu, le futur à venir. Cela signifie que nous sommes des êtres du présent, du maintenant. Comment des êtres prisonniers de leur finitude, des êtres du maintenant peuvent-ils se gausser de connaître demain? Agir ainsi, c'est se prendre pour l'Eternel, se croire éternel. Lorsque Jésus nous rappelle que nous sommes des êtres du maintenant, il le fait pour nous inviter à saisir que nous avons besoin pour nos vies d'accepter cette limitation afin de vivre dans la dépendance à l'Eternel. Or nous dit Jésus, vivre dans la dépendance à l'Eternel implique de lui faire confiance. Regardez le corps du texte dans lequels sont écrits ces quelques mots du v34.

Permettez-moi en guise de conclusion à cet édito de vous les redonner, en espérant que cet appel à vivre le présent puisse vous être d'un grand secours en ces temps d'incertitudes.

24Personne ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l'un et aimera l'autre ; ou bien il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l'argent.25Voilà pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas au sujet de la nourriture et de la boisson dont vous avez besoin pour vivre, ou au sujet des vêtements dont vous avez besoin pour votre corps. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture et le corps plus important que les vêtements ?26Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils ne ramassent pas de récoltes dans des greniers, et votre Père qui est au ciel les nourrit ! Ne valez-vous pas beaucoup plus que les oiseaux ?28Et pourquoi vous inquiétez-vous au sujet des vêtements ? Observez comment poussent les fleurs des champs : elles ne travaillent pas, elles ne se tissent pas de vêtements.29Pourtant, je vous l'affirme, même Salomon, avec toute sa richesse, n'a pas eu de vêtements aussi beaux qu'une seule de ces fleurs des champs. 30Si Dieu habille ainsi l'herbe qui est dans les champs aujourd'hui et qui demain sera jetée au feu, ne vous habillera-t-il pas à bien plus forte raison vous-mêmes ? Comme votre foi en lui est faible ! 27Qui d'entre vous parvient par ses soucis à prolonger un peu la durée de sa vie?31Ne vous inquiétez donc pas en disant : “Qu'allons-nous manger ? qu'allons-nous boire ? ou qu'allons-nous mettre pour nous habiller ?”32Ce sont les païens qui recherchent sans arrêt tout cela. Mais votre Père qui est au ciel sait que vous en avez besoin.33Cherchez d'abord le règne de Dieu, cherchez à faire sa volonté, et Dieu vous accordera aussi tout le reste. 34Ne vous inquiétez donc pas du lendemain car le lendemain s'inquiètera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine